Publié par Laisser un commentaire

Les réponses à vos questions 😉

Quand serais je livré, où, comment payer ?

  • Vous nous retrouvez sur un marché ou un point de dépôt

Votre colis vous attend au camion.

Vous pouvez régler à l’avance :

  • Par virement bancaire, le RIB est sur votre mail de confirmation, et en Rollon.
  • Par carte bleu, dans ce cas, nous vous envoyons un lien de paiement par sms

Vous pouvez également payer au camion, espèce, chèque ou cb.

  • Vous préférez la livraison à domicile !

Votre colis directement devant votre porte 😁
Vous pouvez régler à l’avance :

  • Par virement bancaire, le RIB est sur votre mail de confirmation, et en Rollon.

Vous pouvez également payer à la livraison :

  • Par carte bleu, dans ce cas, nous vous envoyons un lien de paiement par sms
  • Par chèque remis à la livraison.
  • En espèce dans une enveloppe fermée avec l’appoint, merci !

Quel est la provenance de vos produits ?

Les produits que nous proposons sont en priorité locaux et bio ou en agriculture raisonnée.

Nous recherchons le bon équilibre entre la proximité, la qualité et l’impact écologique des produits.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter la page de nos fournisseurs.

Que mettez vous dans vos paniers ?

Nous choisissons des fruits et légumes locaux en agriculture biologique ou raisonnée

  • Panier de légumes :

Les bases de la cuisine de saison, tout simplement. Vous trouverez dans ce panier un minimum de 1,5kg de pommes de terre et de carottes de saison, oignons, échalotes, ail… selon la saison, épinards, poireaux, salade, radis, et bientôt tomates, courgettes

  • Panier de fruits :

Vitamines et gourmandise de saison !

Pommes, poires, oranges, mandarines, bananes, fraises… 3kg de fruits au minimum 3 variétés.

Publié par Laisser un commentaire

Plus de Marché ?! Nous vous livrons !

Comme vous le savez, toutes les places de marché et emplacements commerciaux sont temporairement fermés pour cause de gros vilains virus.

Nous vous proposons donc de vous fournir tous nos produits directement devant votre porte, emballés par nos soins en respectant toutes les préconisations pour ne pas vous contaminer.

Afin de respecter la réglementation, nous vous contacterons la veille du jour de livraison afin de fixer l’horaire de dépôt du colis, et nous vous remercions de régler votre commande par virement bancaire, Lyfpay ou Rollon, afin d’éviter les manipulations de monnaie.

Afin de compléter notre offre nous vous proposons également des paniers de légumes locaux à 10 € ou 20 € (avec fruits).

Des œufs fermiers 2€ les 6

Nous recherchons fromage, crème, beurre et lait !

Publié par Laisser un commentaire

LePariFou, huile de noix et de noisettes 100% normandes, 100% passion

A retrouver en vrac ou en consigné dans notre camion !

Sylvie Raynault, unique productrice d’huile de noix en Normandie

La seule nucicultrice normande est installée dans le Perche, à Saint-Denis-sur-Huisne. Sylvie Raynault produit 1 500 litres d’huile de noix par an.

La Percheronne propose toute une gamme de produits à base de noix.

C’est sa grand-mère, qui lui a transmis l’amour des noix. « Mamie Jeanne » possédait trois noyers. Un trésor. « Avec des noix on peut faire de l’huile, de la farine, des gâteaux. C’est une valeur sûre, disait-elle ». Sylvie Raynault, 47 ans, n’a pas oublié ces précieux conseils. Et des noix, elle en a fait son métier. Installée à Saint-Denis-sur-Huisne (ferme du Bignon, dans l’Orne), elle est la seule nucicultrice de Normandie.

3,5 tonnes récoltées en 2016

Sa première récolte date de 2013. En tout, Sylvie Raynault possède 1 300 noyers, dispersés dans le Perche et dans l’Eure, près de Gisors. Celle qui, initialement, voulait fabriquer de l’huile pour sa consommation personnelle, a investi dans une presse en 2014.

Je ne savais pas quoi faire de toutes mes récoltes. Alors je me suis lancée dans la commercialisation.

L’huile de noix fabriquée « à façon » (le fruit est pressé artisanalement, à la manivelle) a rapidement conquis les gourmands. Trois ans plus tard, l’agricultrice dispose d’un atelier dédié à la transformation, qu’elle a installé à Mortagne-au-Perche. Elle y a récemment déménagé l’ensemble de son matériel.

Pour les grandes quantités qu’elle récolte désormais (3,5 tonnes de noix en 2016) elle a recours à un pressage en laboratoire (à Poitiers). En moyenne, la Percheronne (elle a grandi à Igé et Appenai-sous-Bellême) produit 1 500 litres d’huile de noix par an. Et 150 litres d’huile de noisette.

De la cueillette – « avec un tracteur-tondeuse bricolé et doté d’un bras mécanique » – à l’étiquetage, en passant par le séchage, la casse des noix, le tri des cerneaux, la mise en bouteille, Sylvie Raynault fait tout elle-même.

Le résultat : deux formats (25 cl et 10 cl) de bouteilles estampillées « huile de noix sauvage de Malice » (marque LePariFou) commercialisées dans sa ferme dionysienne et dans divers points de vente percherons (dont les Muséales, le manoir de Courboyer, et les Amap – Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne).

Mais le nectar sauvage (issu d’hybrides, pas de noix greffées) n’est pas le seul produit qu’elle propose. « Il y a aussi les noix-Prali, la farine de noix, et le gat’eau noix », liste la nucicultrice. Enfin, les impuretés du pressage et du tamisage se transforment en nourriture pour les oiseaux et les coquilles servent à l’allumage de la cheminée.

Avec la noix, rien ne se perd.

Sylvie Raynault est aussi éleveuse de brebis. Elle mêle ainsi ses deux passions : les animaux et les noix !

Ambassadrice de la Normandie à Paris

À travers son activité, Sylvie Raynault fait rayonner la Normandie. En 2018, elle représentera la région au Concours général agricole, lors du Salon international de l’agriculture, (du 24 février au 4 mars 2018, porte de Versailles). Une première, pour la quadragénaire.

« Je serai confrontée à de grands producteurs d’huile de noix », prévient-elle. Mais le fait d’être sélectionnée est déjà une fierté.

J’aimerais que ma grand-mère me voie.

Car « mamie Jeanne », aux petits soins avec les animaux jusqu’à la fin de sa vie, a transmis bien plus que la passion pour la nuciculture. C’est un peu grâce à elle, que Sylvie Raynault est revenue aux fondamentaux en 2013, en s’installant officiellement comme agricultrice.

Avant cette date j’ai exercé des métiers variés. J’ai ouvert un restaurant, j’ai aussi travaillé dans l’événementiel à Paris.

Acquérir de nouveaux noyers

Ses brebis (élevage Les Grands Danses) destinées à « l’éco-tondeuse », sont une autre part de son activité. Tout comme la location de chambres d’hôtes, au cœur de sa ferme. Le cumul des trois lui permet de dégager un salaire.

Les projets ? « Accroître le nombre de noyers en acquérant de nouvelles noiseraies, et développer la communication autour de la noix et du pressage à façon », répond la Percheronne. Elle donnera notamment une conférence en mars, à Mortagne-au-Perche (lire encadré).

Entre récolte des noix, naissance des agneaux et location saisonnière, Sylvie Raynault « ne s’ennuie pas ». Mais l’investissement et le temps consacré au travail sont récompensés par l’essentiel : la joie de faire ce qu’on aime et d’aimer ce qu’on fait.

Entourée de ses colocataires – Capricieuse (brebis de quelques semaines), Lulu la poule et Miette le lapin – Sylvie Raynault irradie. Ses animaux sont « son bonheur ».

 Pratique : Leparifou.com

En Normandie, la pomme a remplacé la noix
Pourquoi Sylvie Raynault est-elle la seule à produire et commercialiser de l’huile de noix, sur le territoire normand ? « Parce que la nuciculture s’est complètement perdue ici. Pourtant, jadis, la Normandie était une grande productrice d’huile de noix. Il y avait beaucoup d’huileries dans le Perche », renseigne l’agricultrice. Pendant la guerre 14-18, les noyers ont été abattus en masse, notamment pour fabriquer les crosses de fusils. Depuis, l’art de cultiver la noix a disparu. « C’est une culture contraignante. Les noyers ont été remplacés par les pommiers ». La nuciculture est donc un « retour aux sources » que Sylvie Raynault souhaite encourager. Pour cela, elle loue son broyeur et sa presse à façon, à Mortagne. « Les gens peuvent ainsi tourner eux-mêmes la manivelle et fabriquer leur huile ».
Pour faire connaître le noyer (comment le planter, le tailler, le fertiliser…) mais aussi pour que l’arbre soit « respecté », la nucicultrice proposera une conférence sur la noix, en mars, à Mortagne-au-Perche.

Publié par Laisser un commentaire

Nos premiers marchés

C’est parti pour la grande aventure !

Hier, premier marché sur la place St Patrice à Bayeux, démarrage tout en douceur.

Dans l’excitation de notre premier jour, nous avions presque une heure d’avance, ce qui nous a permis de prendre un bon café et d’expliquer au placier que nous n’étions vraiment pas expertes en manœuvres ☺️

8h15 pétantes ! Le placier regroupe les exposants non-résidents, et nous rappelle les règles de son marchés, il fait le tour des nouveaux et, 3…2…1 départ c’est parti pour la course aux places ! Mesdames qui voulez vous lancez dans l’aventure, pensez à mettre des chaussures confortables 😄

Le marché est déjà bien rempli mais nous trouvons finalement un emplacement accessible pour notre gros camion 😅

Grâce à l’aide du placier nous réussissons à traverser les allées en marche arrière et le créneau entre les tréteaux, les camions et les passants 😱

Puis vite, vite, il faut tout déballer, afficher, démarrer la caisse, le tpe, et régler la balance.

Heureusement pour nous, c’est la braderie en ville et le marché est très calme, ce qui nous permet de nous mettre au point avant l’arrivée des premiers clients 😉

Intrigués par notre jolie peinture et nos gros bocaux, les promeneurs commencent à s’intéresser, enfin ! Le moment qu’on attendait depuis plusieurs mois !

Nous recevons un accueil très positif sur notre camion, notre démarche et nos tarifs. Les choix que nous avons fait concordent avec les attentes, youpiii !

Les premiers encaissements fûrent plus que cahotiques, mais au troisième… c’était bon !

13h il faut tout ranger, déjà !? La matinée et passée en un éclair, et c’est rompues mais souriantes, que nous regagnons notre local, où nous réajustons les stocks, nettoyons les ustensiles, et le camion, avant de regagner nos pénates pour un peu de repos car demain 6h c’est reparti !

Ce matin, grand marché du port de Caen ! Le placier connait notre démarche et nous accueille avec bienveillance, il nous trouve une super place à l’ombre et nous aide pour la manœuvre ( il fallait faire un créneau en passant par dessus un trottoir, avec des étales déjà installés partout 😰)

Quinze minutes plus tard …. Nous sommes prêtes et accueillons nos premiers clients, les sablés de l’ESAT en dégustation, rivalisent avec la pâte à tartiner fraîchement réalisée et ouvrent la voie à la découverte de nos autres articles et de notre démarche. Quel plaisir de venter des produits dans lesquels on croit vraiment ! d’expliquer leur provenance, de noter les envies de chacun !

Bref, on a démarré et c’est génial !

Retrouvez nous :

Le lundi à St Pierre en Auge

Le mardi à Cabourg

Le mercredi à Ouistreham

Le jeudi à Merville Franceville

Le samedi à Bayeux

Le dimanche à Caen.

D’autres emplacements à venir 😉